S'inscrire  | 

Douala: Un présumé voleur de bébé échappe au lynchage

2013-01-17: La Nouvelle Expression
 
827 vues

La scène s'est produite le mardi 15 janvier 2013 au quartier Mambanda à Bonabéri. L'infortuné avait disparu avec sa cousine âgée de 2 ans seulement.

...
 réaction(s)

Ça s'est passé dans la matinée à Mambanda, précisément derrière le marché de ce quartier de Douala 4è.

En effet, un jeune homme d'environs 23 ans recevait les sévices de la population. D'après des témoignages, il aurait tenté d'enlever sa cousine âgée de 2 ans. Selon notre source, le jeune homme en question est arrivé chez sa tante samedi dernier en provenance de Mbanga Pongo sous le fallacieux prétexte de vouloir y passer un séjour. Pourtant dans sa tête, se ficelait un plan diabolique. Celui de voler l'enfant de sa tante. Lundi dernier, le moment tant attendu par lui arrivera enfin lorsque sa tante lui demande pendant qu'elle se rendait au marché, d'assurer la garde de sa fillette. A peine partie, le garçon dont l'identité a été dissimulée par la famille a fait ses bagages et disparu avec la fillette.

A son retour, elle va constater qu'il y a personnes dans la maison. Les recherches lancées s'avèreront vaines jusqu'au moment où une sœur de la famille annonce que le jeune homme et l'enfant se trouveraient du côté de Mbanga Pongo, une banlieue de la capitale économique. Après investigations, ils y seront trouvés.

Le jeune homme dans ses déclarations dit avoir enlevé l'enfant sous l'ordre de ses complices qui seraient des cerveaux d'un réseau de trafic d'enfants. Qui sont-ils? Et que devait-il recevoir? L'enleveur est resté bouche cousue à ces interrogations. Une attitude ayant choqué la population sortie massivement s'enquérir des dessous de cette sordide histoire.

Dans la colère, la génitrice va se jeter sur l'apprenti enleveur. Elle sera suivie par une foule en furie. Il doit son salut aux éléments des ESIR de passage dans le coin car la population était déterminée à effacer sa race. L'enfant bien portant, a été remis à sa mère qui n'en revenait toujours pas.

Toute notre tentative d'avoir au moins le patronyme de ce dernier est restée vaine. L'individu ayant été protégé par la famille. «C'est un problème de famille», a soutenu l'un de ses membres.

© Vivien-Tonfack-stagiaire

 

Commentez avec votre compte mboapages
  • mboa talk, post a comment
    Your comment is too short or too long


 

Commentez avec votre compte facebook



Proverbe du jour

Les conneries c'est comme les impôts, on finit toujours par les payer

Michel Audiard

Commenter
Sondage

Selon vous, Charles Ateba Eyene est-il un héros?

Commenter
Actualités les + populaires
facebook
twitter
google+